Session d’enregistrement d’un extrait d’Alois Nebel

Image

Christian

Habituellement musicien de blues, Christian Tézénas lit un extrait du texte de la trilogie Alois Nebel.

 

Fabien et Sam

Fabien Cariou au saxophone et Samuel Bellanger à la contrebasse se sont amusés à créer toute l’ambiance musicale autour du texte particulier de Jaroslav Rudis en ayant les dessins de Jaromir 99 en tête. C’est donc toute cette atmosphère des Sudètes, du froid de ces collines enneigées et du caractère des personnages taraudé par la rudesse du climat glacé et austère qu’ils ont dû retranscrire.

 

Fabien et Samuel

Pour recréer cette ambiance froide, Fabien n’hésite pas à utiliser des pédales d’effet sur son saxophone, rendant celui-ci parfois rauque, suintant ou déchirant. La contrebasse retisse de son côté le battement sourd de la vie, parfois oublié, puis relie en soubresauts la musique à la terre dans cette contrée hivernale. C’est cet entrelacement des 2 instruments, parfois haletant, qui redonne au texte une autre dimension, voire une autre envergure, passant d’un murmure liquide à une course effrénée.

 

 ÉCOUTER L’EXTRAIT

 

Interview De Jaroslav Rudis et Jaromir 99

Image

« Je voulais surtout raconter une histoire de chemins de fer, de trains qui ne transportent pas seulement les gens, mais aussi l’Histoire », explique Jaroslav Rudiš, hanté par les récits de son grand-père, et écrivain avant d’être scénariste. « Au début, je voulais en faire un roman », poursuit-il, « Mais un soir, dans un bar pour les ouvriers où on se rencontrait souvent, j’ai raconté à Jaromir l’histoire de mon grand-père cheminot dans une gare dans les montagnes. Ca a tout de suite intéressé Jaromir qui m’a proposé d’en faire une BD. J’aime beaucoup son dessin. J’ai dit oui. »

PNG - 467.2 ko
Exposition Alois Nebel à la Gallery du CBBD
© Daniel Fouss

Mais qu’on ne s’y trompe pas : « C’est moi qui ai choisi Jaroslav comme scénariste. On se connaissait déjà par le milieu de la musique. Quand j’ai découvert qu’il écrivait, j’ai voulu travailler avec lui. », raconte Jaromir, qui s’est attaqué plus récemment au Château de Kafka. Le dessinateur jouit d’une bonne petite renommée dans son pays, pour sa musique avant tout, puis pour son dessin. C’est que le dessin est venu tard chez ce parolier montagnard, par ailleurs autodidacte : « Je n’aimais pas la manière dont étaient faites les pochettes de disques. Alors, je les ai dessinées moi-même. »
Après les pochettes de disques, sont venues les illustrations et la bande dessinée avec toujours ce graphisme si particulier, emmené par un noir et blanc ciselé qui rappelle un peu ces collages populaires dont est si friand Jaromir. Son dessin ose le trait largement coulé et les aplats imposants, « comme la montagne en hiver ». Jaroslav dit d’ailleurs de cette montagne qu’elle habite les paroles des chansons de Jaromir.
Exposition Alois Nebel à la Gallery du CBBD

« Ce découpage au couteau est visible au Centre belge de la bande dessinée pour le moment. À comparer avec l’œuvre publiée, les planches exposées paraissent presque trop blanches. Il y manque les noirs absolus ajoutés à l’ordinateur. Il y manque aussi le texte élégamment décousu de Jaroslav Rudiš, son écriture tout en points, comme peut l’être dans une certaine mesure celle de Kafka qu’ils admirent tous deux par-dessus tout. Ils ont même créé un groupe, « Kafka Band », qui vient de sortir son disque et tourne. Entourés des musiciens de Jaromir, Jaroslav récite les extraits du Château en allemand et Jaromir entonne des chants tchèques populaires. Entre deux concerts, ils élaborent des projets, personnels et peut-être collectifs, mais de cela, ils ne veulent pas encore parler… »

Sarah Cole d’Actua BD du 8 mars 2014

Expositions Alois Nebel 2014 au centre belge de la BD à Bruxelles

Image

Invitation Vernissage Alois Nebel OK

 

Expo Alois

Le dessinateur Jaromir 99 et l’auteur Jaroslav Rudis autour de l’affiche de la version française de la trilogie à l’occasion de l’inauguration de l’exposition Alois Nebel au Centre Belge de la BD à Bruxelles.

 

IMG_6655 copie

Sur les planches originales exposées, l’encrage noir n’a pas été encore réalisé.

IMG_6660 copie

Cette exposition nous permet ainsi d’apprécier les dessins de Jaromir 99 à l’état brut.

IMG_6501-web

IMG_6668 copie

Les visiteurs invités découvrent avec curiosité la version française de la trilogie,  vraiment différente dans la forme de l’original.                                                     Comme le texte français était plus long que l’original, nous avons décidé d’agrandir les dimensions du livre d’environ 1 cm dans la largeur et la hauteur afin d’aérer légèrement le contenu très dense, sans toucher aux images. Cela nous a permis de mettre des marges un peu plus importantes et de placer du texte parfois imposant sans qu’il ne soit trop près du trait de coupe. Tout cela en respectant bien sûr l’ambiance du livre.

 

IMG_6685 copie

IMG_6697 copie

Jaroslav Rudis et Jaromir 99 avec Joachim Dvorak, l’éditeur tchèque de chez Labyrint.

IMG_6714 copie

Copyright (c) Daniel Fouss/Belgian Comicscenter